• Vous êtes ici

     

    « La France, autrefois catholique, s’est choisi toutes les immondices de l’enfer pour les mettre à la tête de la nation : francs-maçons, carbonaros, juifs, protestants, socialistes, anarchistes, etc. De quoi se plaint-on maintenant ? On ne recueille que ce qu’on a semé. Quand il fallait parler on a fait les chiens muets ; quand il fallait se montrer on s’est caché ; quand il fallait défendre sa foi on a reculé. Ceux choisis, élus par la France, chassaient les religieux et permettaient les associations de sectaires, et les sectes aujourd’hui donnent leurs fruits. »

    (Sœur Marie de la Croix, voyante de La Salette.)

    Oui, de quoi se plaint-on aujourd'hui ?


    votre commentaire
  •  

    Appel [urgent] à l'intervention divineÔ Jésus, qui voulez régner malgré vos ennemis, détruisez-les sans tarder ! Accordez cette faveur à tous ceux qui veulent voir établi votre règne sur la terre entière. Le règne de Satan et des lucifériens qui le servent n’a que trop duré. Très Sainte Trinité, anéantissez cette maudite synagogue de Satan qui veut notre perte !

    Ô Notre-Dame, Généralissime des armées célestes, commandez à vos légions d’anges d’intervenir au plus vite pour sauver une humanité qui n’a plus la force de se libérer des puissances obscures qui ont juré sa mise en esclavage. Déclenchez votre artillerie céleste. Détruisez nos ennemis sans tarder ; dévastez leur monde antichrétien !


    votre commentaire
  • Pour les satanistes — débiles profonds possédés, talmudistes, banquiers et autres bourgeois représentant la sous-lie de la société, pédérastes francs-macs et autres dégénérés refoulés de l'enfer —, il n'y a pas de petites économies. Le moindre shekel récupéré sur un agonisant exprimant son dernier râle est bon à prendre.

    Pourquoi des gens qui n’ont qu’une ou deux semaines maximum à vivre, ne peuvent ni avaler ni parler […], sont vaccinés contre le Covid-19 pour la quatrième fois en mourant ?

    Il existe des cas où des patients ont été vaccinés douze heures avant leur décès. Elle touche principalement des patients « sans tutelle et toujours sans parents ni connaissances », écrit la femme.

    On comprend qu'il s'agit là précisément de gens sous tutelle mais sans tutelle.

     


    votre commentaire
  •  

    L'ego homoscatoLa corruption est la première cause de mortalité. C'est normal en terre déchristianisée. Qu'est-ce qui retiendrait de faire le mal pour en tirer un bénéfice matériel immédiat ? Il ne reste aux gen(til)s, devenus adeptes de Satan, que l'ego (voir illustration ci-contre) et la matière : argent, Q, caca et autres joyeusetés coprophiles. Voilà sur quoi — le néant ! — repose la « vie » de beaucoup d'esprits morts. Pleins d'eux-mêmes pleins de rien.

    « Je suis le chemin, la vérité et la vie. » Tout le reste n'est que néant autosatisfait.                                                                                 

    « Hospital administrators might well want to see COVID-19 attached to a discharge summary or a death certificate. Why? Because if it's a straightforward, garden-variety pneumonia that a person is admitted to the hospital for—if they're Medicare—typically, the diagnosis-related group lump sum payment would be $5,000,” said Jensen, whose claim was fact-checked by USA Today. “But if it's COVID-19 pneumonia, then it's $13,000, and if that COVID-19 pneumonia patient ends up on a ventilator, it goes up to $39,000. »

    Pour résumer, si une personne couverte par Medicare est admise à l'hôpital pour une simple pneumonie, le paiement forfaitaire est de 5000 dollars. S'il s'agit d'une pneumonie Covide (un truc totalement fictif, et donc partant imputable à tout usager de soins), le montant s'élève à 13 000 dollars. Si le patient atteint de pneumonie Covide est placé sous ventilateur, le montant passe à 39 000 dollars. Voilà pourquoi tant d'usagers ont été — et sont encore ! — embarqués dans un processus d'extermination Covide, y compris et surtout lorsque ce sont de vulgaires accidentés de la route.

    La corruption tue

     Mort Covide et sa pleureuse (fact-chéqué par l'AFP, l'Agence France-putes)


    votre commentaire
  • « Lorsqu’un homme assiste sans broncher
    à une injustice, les étoiles déraillent. »
    (Brecht.)

     

    En début d'année, on a commencé à piquer dans les maisons de retraite — jusqu'à atteindre le chiffre inouï de quelque 95 % de double-piqués à ce jour —, dans toutes sortes de structures d'« accueil » pour « handicapés », etc. Bref, dans les lieux où la majorité des gens sont sous tutelle ou curatelle, on a piqué à qui mieux mieux.

    Autrement dit, à ce jour, les tutelles sont non seulement des organismes de vol, de spoliation, d'escroquerie en bande organisée, de torture, d'élimination, de dépeçage, mais aussi de génocide. Elles ont officiellement ajouté le génocide à leurs glorieuses prérogatives.

    Une juriste s'émouvait en début d'année que la campagne d'extermination commençât par les trisomiques.

    Ça continue sur la même lancée en République française, puisque les trisomiques — entre autres privilégiés, et avant que cela ne soit généralisé à l'entièreté de la population des gueux — qui ne reçoivent pas leur injection létale se verront infliger une amende de 1500 euros :

    Les personnes souffrant des affections suivantes, ne justifiant pas de l’administration d’une ou deux doses, en fonction des vaccins concernés, seront également passibles de l’amende administrative de 175 000 francs. Il s’agit :

    • des pathologies neurologiques, de la trisomie 21,
    • des troubles psychiatriques et de la démence.

    Génocide et tutelles

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique